Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 11:18

Avril à Octobre 2015
 

Redonner un avenir aux bateaux du passé, c'est les remettre en état de naviguer, les armer pour répondre aux règles de sécurité actuelles, mais aussi, dans la mesure du possible, les équiper en fonction de leur utilisation future.

De cette vedette qui était en fait un "bateau taxi" nous souhaitions en faire un "bateau de croisière côtière", un "bateau pour aller aux îles".

C'est ce qui nous a conduits lors du réaménagement de la chambre à fabriquer et installer une table, à adapter les bancs pour les transformer en couchettes, prévoir un réchaud et installer une réserve d'eau douce de 60 litres.

Il restait les toilettes et le frigidaire.
Le plus difficile a été de savoir où et comment placer ces deux équipements.

De toute évidence seul le poste avant pouvait les accueillir en lieu et place des deux bancs coffres utilisés autrefois pour asseoir quelques passagers supplémentaires à la capacité de la chambre. Nombre de midships en gardent un souvenir ému.

 

Les toilettes

Des toilettes oui ; mais sans caisse à eaux noires c'est se voir interdire certains mouillages particulièrement du côté de Porquerolles ou encore des Calanques de Cassis.

Donc cuvette avec prise d'eau, pompe de lavage et de vidange ; caisse à eaux noires, système de vidange par gravité et de vidange par le pont, sans oublier l'évent et le filtre à charbon.

La mise en place a impliqué :

  • l'adaptation des planchers,
  • la fixation de la cuvette sur le plancher
  • la fixation de la caisse sur la coque,
  • la mise en place de deux vannes de coque sous la flottaison,
  • la pose d'un nable de pont,
  • le raccordement et la fixation de la tuyauterie.
Toilettes, cuvette, caisse à eaux noires, vannes de coque.
Toilettes, cuvette, caisse à eaux noires, vannes de coque.
Toilettes, cuvette, caisse à eaux noires, vannes de coque.

Toilettes, cuvette, caisse à eaux noires, vannes de coque.

Le frigidaire

 

Les contraintes : alimentation en 24 Volts, un volume maximum pour un encombrement minimum avec, de plus, un compartiment pour fabriquer les glaçons !

 

La recherche sera longue, le coût élevé, mais on finira par trouver la perle rare :

50 litres dans 63 cm de hauteur, 40 cm de longueur et 39 cm de profondeur.

 

L'encombrement sur plancher sera résolu en le surélevant au maximum grâce à un caisson pour pouvoir le déporter vers la coque (plus large en hauteur). Bien sûr il faudra le concevoir et le fabriquer sur mesure.

Après le branchement les essais nécessiteront un coup de fil en Italie (heureusement notre interlocuteur parlait français) pour comprendre qu'une sécurité anti "vide batterie" pouvait empêcher son démarrage si elle n'était pas chargée au maximum !

 

Création du caisson de pose et vue du poste avant aménagé.
Création du caisson de pose et vue du poste avant aménagé.
Création du caisson de pose et vue du poste avant aménagé.
Création du caisson de pose et vue du poste avant aménagé.

Création du caisson de pose et vue du poste avant aménagé.

Le tableau de bord

 

Un grand coup de nettoyage, la peinture des planchers, les retouches des peintures de coque. La préparation de poste avant est achevée il ne reste plus qu'à y intégrer le moteur.

 

Le tableau de bord étant terminé à part les raccordements électriques qui ne pourront être fait qu'après l'embarquement du moteur, nous profitons de cette étape pour le mettre en place et effectuer les derniers ajustages du poste de pilotage.

 

Reprises de peinture. Poste de pilotage : tableau de bord (sans sa barre à roue), console d'instrumentation, tableau de charge par l'extérieur.
Reprises de peinture. Poste de pilotage : tableau de bord (sans sa barre à roue), console d'instrumentation, tableau de charge par l'extérieur.
Reprises de peinture. Poste de pilotage : tableau de bord (sans sa barre à roue), console d'instrumentation, tableau de charge par l'extérieur.
Reprises de peinture. Poste de pilotage : tableau de bord (sans sa barre à roue), console d'instrumentation, tableau de charge par l'extérieur.

Reprises de peinture. Poste de pilotage : tableau de bord (sans sa barre à roue), console d'instrumentation, tableau de charge par l'extérieur.

Repost 0
20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 10:20

Juin / Juillet 2014

Le câblage intérieur et celui de la console sont presque terminés, il faut maintenant préparer les divers modules démontables pour permettre la pose et la dépose du moteur. Tous ces éléments seront branchés au reste des équipements à l'aide de connecteurs détrompés pour faciliter le démontage et éviter les erreurs de remontage :

  • La platine pour connecter le 220 V venant du quai,
  • Le capot du rouf moteur,
  • Le tableau de bord,
  • Le moteur lui même.

 

Il restera ensuite à effectuer les branchements :

  • De la pompe de cale sur son interrupteur de commande,
  • De la pompe à eau douce de servitude sur le circuit de servitude,
  • Du réfrigérateur sur le circuit de servitude,
  •  
  • Du tableau de bord sur la console,
  • Du moteur sur le tableau de bord et le coupe batterie,
  • Du capot du rouf sur le tableau de bord et sur le tableau électrique.

 

Les premières étapes sont :

  • La réalisation des pièces de bois qui supporteront les éléments,
  • L'implantation des équipements,
  • La restauration du boîtier contenant les boutons poussoirs de commande.
     
Les divers éléments constitutifs sont préparés, l'implantation est simulée par des collages.
Les divers éléments constitutifs sont préparés, l'implantation est simulée par des collages.
Les divers éléments constitutifs sont préparés, l'implantation est simulée par des collages.
Les divers éléments constitutifs sont préparés, l'implantation est simulée par des collages.
Les divers éléments constitutifs sont préparés, l'implantation est simulée par des collages.

Les divers éléments constitutifs sont préparés, l'implantation est simulée par des collages.

Septembre 2014

Le module de connexion au quai est réalisé et câblé, il comporte :

  • La prise de quai CEE 16 A,
  • L'interrupteur différentiel de protection.

Il ne restera plus qu'à passer le câble dans les supports et de le brancher sur le chargeur de batteries à la place du fil blanc, provisoire, qui traverse la photo.

La platine de connexion au quai est prête.
La platine de connexion au quai est prête.
La platine de connexion au quai est prête.

La platine de connexion au quai est prête.

Octobre 2014

Le tableau de bord est réalisé et câblé, il comporte en partant de la gauche :

  • Les deux jauges à carburant,
  • Le voltmètre de surveillance de la charge des batteries de servitude,
  • Les boutons poussoirs de commande :
    • Du préchauffage moteur,
    • Du démarreur,
    • De la sirène.

La barre à roue sera ensuite montée sur la pompe hydraulique de l'appareil à gouverner, elle même fixée sur la face avant du tableau de bord.

Le tableau de bord est prêt à recevoir l'hydraulique de barre et à être installé à bord.
Le tableau de bord est prêt à recevoir l'hydraulique de barre et à être installé à bord.
Le tableau de bord est prêt à recevoir l'hydraulique de barre et à être installé à bord.
Le tableau de bord est prêt à recevoir l'hydraulique de barre et à être installé à bord.

Le tableau de bord est prêt à recevoir l'hydraulique de barre et à être installé à bord.

Juin 2015

19 février 2015 le moteur tourne (comme une montre) reste à l'équiper :

  • Mise en place des chemins de câbles,
  • Approvisionnement et montage de l'alternateur, de sa poulie et de sa courroie,
  • Mise en place des voyants d'alarme :
    • Température d'eau douce moteur,
    • Pression d'huile moteur,
    • Charge batteries de démarrage.
  • Mise en place de la boîte de connexions (en bronze), après sa restauration.

Il ne reste plus qu'à câbler, mettre en attente les départs vers le tableau de bord, et effectuer les branchements dans la boîte de connexions (il faut une patience d'ange et des doigts de fée).

Les différents modules sont équipés, testés, prêts à être montés.

Restera à ajuster la longueur des fils en attente et brancher les connecteurs (détrompés).

Câblage du moteur, chemins de câbles, instrumentation, alarmes, démarreur, préchauffage, alternateur
Câblage du moteur, chemins de câbles, instrumentation, alarmes, démarreur, préchauffage, alternateur
Câblage du moteur, chemins de câbles, instrumentation, alarmes, démarreur, préchauffage, alternateur
Câblage du moteur, chemins de câbles, instrumentation, alarmes, démarreur, préchauffage, alternateur
Câblage du moteur, chemins de câbles, instrumentation, alarmes, démarreur, préchauffage, alternateur
Câblage du moteur, chemins de câbles, instrumentation, alarmes, démarreur, préchauffage, alternateur
Câblage du moteur, chemins de câbles, instrumentation, alarmes, démarreur, préchauffage, alternateur
Câblage du moteur, chemins de câbles, instrumentation, alarmes, démarreur, préchauffage, alternateur

Câblage du moteur, chemins de câbles, instrumentation, alarmes, démarreur, préchauffage, alternateur

Septembre 2015

Avant la mise en place des différents modules pré cablés, il reste à positionner et câbler :

  • Le réfrigérateur à l'avant,
  • La pompe à eau douce de servitude, à l'arrière,
  • La pompe de cale et son contacteur de commande sous le moteur :
    • Après les tests de fonctionnement et les réglages de la position du contacteur et de la crépine, tout est démonté pour passer une couche de peinture de finition, avant le remontage définitif
  • L'aspiration et la crépine de la pompe de cale manuelle (Japy) sont positionnées et fixées.
Le réfrigérateur et les pompes sont en place et cablées.
Le réfrigérateur et les pompes sont en place et cablées.
Le réfrigérateur et les pompes sont en place et cablées.
Le réfrigérateur et les pompes sont en place et cablées.
Le réfrigérateur et les pompes sont en place et cablées.
Le réfrigérateur et les pompes sont en place et cablées.

Le réfrigérateur et les pompes sont en place et cablées.

Repost 0
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 15:18

Août 2014

 

Démontages :

Le moteur est complètement déshabillé ; tous les auxiliaires, les réfrigérants, les circuits, les carters sont déposés afin d'être visités et, en cas de besoin, remplacés par ceux déjà en place sur le premier moteur.

 

Bonne décision :

  • La dépose du volant moteur permettra de découvrir que le joint spi est fuyard,
  • La dépose des carters fera apparaître que le carter principal présente une forte corrosion sur un coté et quelques autres "bricoles" du même style en divers points.
Le démontage peut prendre des allures acrobatiques. Notez la fuite du joint spi et la mayonnaise en bas du carter de l'inverseur de marche.
Le démontage peut prendre des allures acrobatiques. Notez la fuite du joint spi et la mayonnaise en bas du carter de l'inverseur de marche.
Le démontage peut prendre des allures acrobatiques. Notez la fuite du joint spi et la mayonnaise en bas du carter de l'inverseur de marche.
Le démontage peut prendre des allures acrobatiques. Notez la fuite du joint spi et la mayonnaise en bas du carter de l'inverseur de marche.
Le démontage peut prendre des allures acrobatiques. Notez la fuite du joint spi et la mayonnaise en bas du carter de l'inverseur de marche.

Le démontage peut prendre des allures acrobatiques. Notez la fuite du joint spi et la mayonnaise en bas du carter de l'inverseur de marche.

Octobre 2014

Nettoyage et Peintures :

La mise à nu du bloc moteur, mais aussi de tous ses accessoires, le nettoyage, le piquetage de la rouille, précédent une couche d'antirouille et la remise aux couleurs d'origines.

Nous avons eu des tâches plus agréables, mais le résultat est là.

Le bloc moteur en voit de toutes les couleurs.
Le bloc moteur en voit de toutes les couleurs.
Le bloc moteur en voit de toutes les couleurs.
Le bloc moteur en voit de toutes les couleurs.
Le bloc moteur en voit de toutes les couleurs.

Le bloc moteur en voit de toutes les couleurs.

Volant moteur, inverseur de marche et réducteur :

 

Ces trois ensembles méritaient une attention particulière, nous savions que l'inverseur de marche et le réducteur avaient baignés dans l'eau pendant de longs mois voire des années, mais nous ne pensions pas qu'ils étaient dans un tel état ; Les photos qui suivent en témoignent.

 

Remplacement des pièces à partir du moteur N°1, voire de l'ensemble tel que le réducteur en tout point identique et déjà visité, ou adaptations lorsque des points nécessaire.

 

À titre d'exemple si les volants, le disque d'embrayage et les plateaux de renversement de marche sont identiques, les carters sont différents tout comme le joint spi.
 

Inverseur de marche, plateaux, disque d'embrayage  et volant moteur avant et après.
Inverseur de marche, plateaux, disque d'embrayage  et volant moteur avant et après.
Inverseur de marche, plateaux, disque d'embrayage  et volant moteur avant et après.
Inverseur de marche, plateaux, disque d'embrayage  et volant moteur avant et après.
Inverseur de marche, plateaux, disque d'embrayage  et volant moteur avant et après.
Inverseur de marche, plateaux, disque d'embrayage  et volant moteur avant et après.

Inverseur de marche, plateaux, disque d'embrayage et volant moteur avant et après.

Visite et remise en état des équipements :

 

La pompe à gazole est expédiée à Vitrolles pour un passage au banc d'essai.

 

Les pompes à huile moteur, eau douce et eau de mer, les réfrigérants sont visités sur place, démontage, nettoyage, remplacement des joints des roulements etc.
 

Ensemble inverseur de marche et réducteur ; visite des pompes eau de mer, cale, eau douce ; filtre à huile.  L'inverseur réducteur est enfin remonté.
Ensemble inverseur de marche et réducteur ; visite des pompes eau de mer, cale, eau douce ; filtre à huile.  L'inverseur réducteur est enfin remonté.
Ensemble inverseur de marche et réducteur ; visite des pompes eau de mer, cale, eau douce ; filtre à huile.  L'inverseur réducteur est enfin remonté.
Ensemble inverseur de marche et réducteur ; visite des pompes eau de mer, cale, eau douce ; filtre à huile.  L'inverseur réducteur est enfin remonté.

Ensemble inverseur de marche et réducteur ; visite des pompes eau de mer, cale, eau douce ; filtre à huile. L'inverseur réducteur est enfin remonté.

Novembre 2014

Remontage :

 

Remontage des circuits, des filtres et des réfrigérants (gazole, huile moteur et huile inverseur de marche réducteur, eau de mer et eau douce), de la ligne d'échappement.

Lignage et calage de la pompe d'injection.

Réglage du jeu des culbuteurs.

Remontage des organes de contrôle (pression d'huile moteur, pression d'huile inverseur de marche, température d'eau).

Toutes ces opérations nécessitent du temps de la précision et … de nombreuses adaptations car, si les deux moteurs sont en apparence identiques, ils ne le sont pas toujours dans les "détails".

Remontage, lignage et calage de la pompe d'injection ; circuit de gazole, echappement ; circuits et réfrigérants d'huile.
Remontage, lignage et calage de la pompe d'injection ; circuit de gazole, echappement ; circuits et réfrigérants d'huile.
Remontage, lignage et calage de la pompe d'injection ; circuit de gazole, echappement ; circuits et réfrigérants d'huile.
Remontage, lignage et calage de la pompe d'injection ; circuit de gazole, echappement ; circuits et réfrigérants d'huile.
Remontage, lignage et calage de la pompe d'injection ; circuit de gazole, echappement ; circuits et réfrigérants d'huile.

Remontage, lignage et calage de la pompe d'injection ; circuit de gazole, echappement ; circuits et réfrigérants d'huile.

15 Février 2015

Le moteur redémarre :

Un bidon de 20 litres de gazole suspendu au dessus du moteur.

Les batteries installées sauvagement à proximité.

Une alimentation en eau de refroidissement par le tuyau d'eau courante.

Une sortie d'échappement à travers la cloison de l'atelier.

Une vérification de l'étanchéité des circuits.

 

Et … un premier essai de démarrage.


Un coup de démareur à vide, préchauffage, démarreur, et, à notre grande surprise plus de quinze ans après sa dernière mise en route, il démarre au quart de tour, sans se faire prier, il tourne allégrement sans le moindre bruit ... suspect.

A croire qu'il n'attendait que ça pour commencer de nouvelles aventures.

Au "banc d'essai".
Au "banc d'essai".
Au "banc d'essai".
Au "banc d'essai".
Au "banc d'essai".
Au "banc d'essai".
Au "banc d'essai".

Au "banc d'essai".

Essai à 1780 Tour/minute :

  • température d'eau douce 70°,
  • température d'huile moteur 60°,
  • pression d'huile moteur 4 bars,
  • pression d'huile inverseur de marche 8 bars,
  • légères fumées blanches à l'échappement.

 

Après plusieurs heures de fonctionnement à différents régimes et quelques resserrages le moteur est recetté.

Reste à installer l'alternateur, et tout le câblage correspondant.

 

Pour finir il faudra l'embarquer, le ligner et connecter les circuits :

  • arrivée gazole,
  • arrivée eau de mer de refroidissement,
  • départ échappement,
  • branchements électriques.
Repost 0
16 avril 2015 4 16 /04 /avril /2015 17:21

Janvier à Mars 2015

 

Sur toutes les vedettes de ce type le pont était ceint d'une défense en caoutchouc "type boudin", complétée par deux défenses en cuir, une protégeant l'étrave, la seconde le tableau arrière.

La défense caoutchouc est creuse, elle est fixée sur la coque avec à l'intérieur une "baguette" de bois qui sert de "rempli" ; Deux autres "baguettes" viennent se poser sur les lèvres  inférieure et supérieure de la défense, la baguette supérieur faisant office de livet de pont et de liston.

Les "baguettes", moulurées intérieur et extérieur, ont un échantillonnage de 45 par 60 mm.

Ayant réalisé un pont latté teck sur un contre plaqué il est impératif d'isoler parfaitement le chant du contreplaqué pour éviter les infiltrations, c'est ce que nous appellerons "fermer le pont".

Les contraintes de ployage et la recherche d'une étanchéité parfaite au niveau du pont conduisent à réaliser le livet et le liston en deux parties.

Une première pièce posée sur élastomère servira à fermer le pont et une deuxième à fixer la partie supérieure de la défense et à finir l'ensemble.

Du fait de la tonture et du bouge du pont ainsi que du tulipage de l'étrave, cette première pièce ne peut pas être développée : Elle sera usinée à poste pour la partie supérieure puis tracée et découpée au sol pour la partie inférieure.

 

 

 

Vue du chant du pont qu'il faut isoler et de la baguette de fermeture posée sur élastomère et vissée sur la coque.
Vue du chant du pont qu'il faut isoler et de la baguette de fermeture posée sur élastomère et vissée sur la coque.
Vue du chant du pont qu'il faut isoler et de la baguette de fermeture posée sur élastomère et vissée sur la coque.
Vue du chant du pont qu'il faut isoler et de la baguette de fermeture posée sur élastomère et vissée sur la coque.

Vue du chant du pont qu'il faut isoler et de la baguette de fermeture posée sur élastomère et vissée sur la coque.

Première baguette en place, une série de cales est vissée provisoirement sur la coque pour permettre de poser le rempli de la défense au plus juste.

La coque et ces remplis, récupérés lors du démontage de la vedette, sont passés au minium avant montage ; L'élastomère n'est pas utile à ce niveau.

Contrairement à nos craintes, le cintrage ne posera pas trop de problèmes ; Il faudra quand même six bras et de nombreux serre-joints.

Pose des remplis de la défense.
Pose des remplis de la défense.
Pose des remplis de la défense.
Pose des remplis de la défense.

Pose des remplis de la défense.

La pose des défenses, en cuir, à l'avant et à l'arrière nécessite la confection de pièces de garnissage permettant de rattraper l'épaisseur des lèvres de la défense en caoutchouc.

Le boudin s'emboitant parfaitement sur le rempli sa pose est facile.

La fixation de l'ensemble nécessite un nombre de vis assez impressionnant.

Les liaisons entre défenses cuir et caoutchouc sont réalisées avec du câble de cuivre soudé à l'étain.

Pose des défenses.
Pose des défenses.
Pose des défenses.
Pose des défenses.
Pose des défenses.

Pose des défenses.

Les baguettes couvrant la lèvre supérieure de la défense et le livet de pont sont usinées d'un quart de rond sur chaque face puis posées sur l'élastomère et vissées.

Les baguettes inférieures, récupérées lors du démontage elles aussi, sont fixées de la même manière.

Chaque trou de vis est garni d'un tapon bois, c'est plus long que le mastic mais plus fiable et tellement plus esthétique.

Pose des baguettes de recouvrement des défenses.
Pose des baguettes de recouvrement des défenses.
Pose des baguettes de recouvrement des défenses.
Pose des baguettes de recouvrement des défenses.

Pose des baguettes de recouvrement des défenses.

Ponçage des tapons, le nombre réglementaire de couches de vernis est passé : C'est terminé.

Plus long et plus complexe que nous ne l'avions imaginé !

Il n'est pas beau cet acajou ?

En fait du sapelli, un acajou d'Afrique, à comparer avec une partie du cale pieds de pont qui apparait sur deux des photos qui suivent, et qui lui est en sipo, autre acajou d'Afrique mais de couleur plus claire.

Terminé, c'est beau mais avant tout étanche, solide et monté pour durer.
Terminé, c'est beau mais avant tout étanche, solide et monté pour durer.
Terminé, c'est beau mais avant tout étanche, solide et monté pour durer.
Terminé, c'est beau mais avant tout étanche, solide et monté pour durer.
Terminé, c'est beau mais avant tout étanche, solide et monté pour durer.

Terminé, c'est beau mais avant tout étanche, solide et monté pour durer.

Repost 0
8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 19:07

Le moteur

Les vedettes de 8 mètres pour officiers, embarquées sur les bâtiments de la Marine Nationale, étaient équipées de moteurs Hispano-Suiza sous licence Hercules type DWXLD marinisés, puis, plus tard, de Bugatti type 102 V sous licence Hispano-Suiza marinisés eux aussi.

Les quatre vedettes que nous possédions étaient équipées de moteurs :

  • 3 Hispano-Suiza,
  • 1 Bugatti.

 

Sur la vedette Foch nous utiliserons un Hispano-Suiza DWXLD.

 

Dans les années 50 la version terrestre des DWXLD était installée sur des engins de travaux publics et sur les cars Chausson AHH 52 pour lesquels ils développaient 135 CV.

La version marinisée était utilisée pour la propulsion de petites embarcations comme les vedettes, en outre elles servaient sur des bâtiments plus importants pour l'entrainement de groupes électrogènes.

 

Ce sont des moteurs diesel atmosphériques (non suralimentés), de 6 cylindres en ligne, et de 6,9 litres de cylindrée développant 75 CV à 1850 T/Mn en version marine.

La moteur servant à la propulsion des vedettes était équipé :

  • D'un inverseur de marche hydraulique Masson type RM 50,
  • D'un réducteur Masson type RD 48 d'un rapport de 1/15,
  • D'un circuit de réfrigération à eau de mer, refroidissant :
    • Le circuit fermé d'eau douce du moteur,
    • Les réfrigérants d'huile de l'inverseur de marche, du réducteur et de l'huile moteur,
    • Toute la ligne d'échappement.

À noter que dans la revue technique de l'époque ce moteur était donné pour 600 Kg nu,  entièrement équipé avec inverseur et réducteur il accuse 1 200 Kg sur la balance !

Juin 2012

Sur les trois moteurs DWXLD que nous avions :

  • Un était irrécupérable, il était resté exposé aux intempéries cache culbuteur absent,
  • Un deuxième avait son réducteur et son inverseur de marche remplis d'eau,
  • Sur chacun de nombreuses pièces manquaient ...

Ces moteurs, comme les vedettes, venaient de passer 15 ans sur un terre plein de l'arsenal et avaient été "cannibalisés", certainement pour réparer quelques moteurs encore en service à l'époque.

Celui semblant en meilleur état est visité et rééquipé. Succinctement se sera :

  • Le contrôle de l'état des paliers,
  • La visite des pompes, des filtres, l'épreuve des réfrigérants et des circuits eau de mer et eau douce,
  • La visite de l'injection (filtres, tarage des injecteurs, passage au banc de la pompe d'injection),
  • La visite du démarreur,
  • La réfection des organes de contrôle et l'installation de sondes de sécurités inexistantes à l'époque (alarme électrique de la température d'eau douce et de la pression d'huile du moteur),
  • La réfection de la soupape thermostatique,
  • La confection d'une pipe d'échappement neuve en inox, les trois existantes, en fonte, étaient percées au niveau de la chambre de réfrigération,
  • Le décapage et la remise en peinture du bloc moteur et de chaque élément,
  • La réfection de tout le câblage électrique,
  • ...

L'inverseur de marche et le réducteur sont entièrement refait, certains pignons et roues dentées étant piqués par la rouille en fond de denture, les pièces sont récupérées sur le deuxième.

Reste à trouver des rouets de pompes pour équiper la pompe de réfrigération du moteur et celle d'assèchement de la cale avant d'effectuer un premier démarrage.

Le moteur est prêt, il ne manque plus que les rouets de pompes.
Le moteur est prêt, il ne manque plus que les rouets de pompes.
Le moteur est prêt, il ne manque plus que les rouets de pompes.
Le moteur est prêt, il ne manque plus que les rouets de pompes.
Le moteur est prêt, il ne manque plus que les rouets de pompes.

Le moteur est prêt, il ne manque plus que les rouets de pompes.

Mai 2014

Bien que le moteur soit viré régulièrement à la main, un matin il reste bloqué.

La culasse est démontée pour inspecter les culbuteurs et les chambres de combustion, ainsi que les pompes attelées et le démarreur.

Le carter de distribution est ouvert pour examiner les pignons et la chaine de distribution, le carter moteur est déposé pour accéder au vilebrequin et à la pompe de graissage. Les portes d'accès au volant moteur  sont ouvertes ...

Pas de corps étrangers, les auxiliaires fonctionnent ; rien ne permet de déterminer la cause du blocage.

Il ne resterait qu'à démonter l'embiellage pour déterminer s'il s'agit d'un problème de segmentation sur un cylindre ou encore d'un palier de vilebrequin ayant tourné ?

Plutôt que d'en arriver à une telle extrémité on pense au deuxième moteur "stocké" à l'extérieur sous une bâche. Il s'avère que bien que n'ayant pas tourné depuis environ 15 ans, il vire à la main sans problème et affiche même des compressions supérieures au premier (avant qu'il ne bloque). Par contre l'inverseur de marche et le réducteur sont plein d'eau et devront être permutés avec ceux déjà visités.

La décision est prise de remettre en fonction ce deuxième moteur en se réservant un démontage, pour expertise, complet du premier lorsque la vedette sera terminée.

Déculassage du premier moteur et vues sur le second.
Déculassage du premier moteur et vues sur le second.
Déculassage du premier moteur et vues sur le second.
Déculassage du premier moteur et vues sur le second.
Déculassage du premier moteur et vues sur le second.

Déculassage du premier moteur et vues sur le second.

Juin 2014

 

Les travaux à effectuer nous obligent à rentrer les deux moteurs dans l'atelier sous le rail de manutention que nous avions installé au début des travaux.

Pour cela il nous faut disposer de moyens de levage et ensuite de s'organiser, les poussières de ponçage, de rabotage et la sciure étant difficilement compatibles avec les travaux mécaniques.

Les deux moteurs sont posés à l'entrée de l'atelier à l'aide du chariot élévateur des Bateliers de la Côte d'Azur (un grand merci pour leur aide bénévole) puis déplacés à l'aide de palans et d'épontilles pour les positionner dans l'atelier.

Le moteur "bloqué" est installé au fond de l'atelier, celui à remettre en état près de la sortie, tous les deux sous le rail et les palans ; l'établit est positionné entre les deux et deux vieilles voiles serviront de protection. Il sera désormais interdit d'effectuer des travaux bois et des travaux mécaniques en même temps.

Il ne reste plus qu'à atendre la fin des travaux de bois pour passer à la phase mécanique.

Le transfert des deux groupes s'effectue sans anicroche grâce à des palans et à l'habilité des officiants.
Le transfert des deux groupes s'effectue sans anicroche grâce à des palans et à l'habilité des officiants.
Le transfert des deux groupes s'effectue sans anicroche grâce à des palans et à l'habilité des officiants.
Le transfert des deux groupes s'effectue sans anicroche grâce à des palans et à l'habilité des officiants.
Le transfert des deux groupes s'effectue sans anicroche grâce à des palans et à l'habilité des officiants.
Le transfert des deux groupes s'effectue sans anicroche grâce à des palans et à l'habilité des officiants.

Le transfert des deux groupes s'effectue sans anicroche grâce à des palans et à l'habilité des officiants.

Repost 0
1 février 2015 7 01 /02 /février /2015 11:24

Septembre / Octobre 2014

 

En parallèle avec les travaux d'aménagement de la chambre les câbles sont mis en place et leur masquage est réalisé.

Tous les câbles, ainsi que la tuyauterie de gazole, sont passés dans une "gaine technique" réalisée par doublage de la partie basse de la cloison entre la chambre et le poste de pilotage.

Reste à masquer ceux qui montent. Ce sont :

  • A l'intérieur de la chambre :
    • Le câblage du poste de radio installé dans un coffre situé au plafond (il avait été prévu et réalisé avant le montage du roof à bord),
    • L'alimentation du plafonnier.
  • Sur le dessus du roof les alimentations de :
    • La sirène,
    • Du feu de hune,
    • Du projecteur.

Ils cheminent dans deux faux-montants des hiloires, réalisé dans ce but, ressortent en partie haute, puis passent entre les deux barrots avant du rouf de chambre.

Ils seront masqués par un premier couvre-joint qui fermera les faux-montants, puis par les platines de fixation des baffles et enfin par un dernier couvre-joint qui fermera la maille entre les deux barrots.

Les câbles sont prêts, il n'y a plus qu'à les raccorder ; Remarquer les faux-montants et le masquage par la platine du haut parleur.
Les câbles sont prêts, il n'y a plus qu'à les raccorder ; Remarquer les faux-montants et le masquage par la platine du haut parleur.
Les câbles sont prêts, il n'y a plus qu'à les raccorder ; Remarquer les faux-montants et le masquage par la platine du haut parleur.
Les câbles sont prêts, il n'y a plus qu'à les raccorder ; Remarquer les faux-montants et le masquage par la platine du haut parleur.

Les câbles sont prêts, il n'y a plus qu'à les raccorder ; Remarquer les faux-montants et le masquage par la platine du haut parleur.

Les connexions avancent :

  • D'abord les baffles,
  • Mise en attente des câbles dans le coffret qui contiendra bientôt le poste de radio,
  • Ensuite le préamplificateur du micro,
  • Enfin le poste est connecté et l'ensemble est testé.
La sono du bord est opérationnelle.
La sono du bord est opérationnelle.
La sono du bord est opérationnelle.
La sono du bord est opérationnelle.
La sono du bord est opérationnelle.

La sono du bord est opérationnelle.

En parallèle les batteries sont installées dans leurs coffres respectifs, on notera la place disponible entre les batteries et la face avant qui permettra le rangement des planches des couchettes :

  • Les batteries de démarrage sont installées sur tribord, pour limiter la longueur des connexions vers le démarreur (4 mètres pour le "-", 3 mètres pour le "+", c'est déjà beaucoup). Nous avons aussi intégré, à l'avant, le convertisseur 24 volts / 12 Volts qui alimente :
    • La radio,
    • Le préamplificateur du micro,
    • Deux prises allume-cigare 12 Volts situées, sous la table, sur la panneau de fermeture de la gaine technique.
  • Les batteries de servitude sont installées sur bâbord avec à l'avant du coffre le préamplificateur du micro.
Les batteries sont en place.
Les batteries sont en place.

Les batteries sont en place.

Les câbles qui transitent par la gaine technique sont enfin crampés, il ne reste plus qu'à fixer le panneau de fermeture.

Gaine technique.
Gaine technique.
Gaine technique.

Gaine technique.

Repost 0
25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 19:09

Octobre / Décembre 2014

L'aménagement de la chambre se poursuit par la conception, la fabrication et la mise en place :

  • D'une table,
  • De deux couchettes,
  • D'un "plan cuisine".

Ces équipements qui n'existaient pas à l'origine rendront la vedette "habitable" et permettront son utilisation en croisière côtière.

Outre les problèmes dimensionnels et le fait que tout doit être démontable en un clin d'œil, le cahier des charges est lourd :

  • L'accès au presse étoupe de ligne d'arbre doit rester possible sans démonter la table,
  • La table doit être équipée d'un coffre pour le rangement de la vaisselle et des bouteilles,
  • Les panneaux et les coussins des couchettes doivent pouvoir être rangés facilement pendant la journée.
  • Le "plan cuisine" doit être mobile et permettre l'utilisation d'un réchaud en toute sécurité,

La conception, fruit de nombreux échanges, idées et réflexions ou chacun à apporté sa part, se concrétise par la fabrication d'une maquette de la table (en contre plaqué de 5 mm) et la réalisation de plans détaillés.

Maquette mise en place, modifiée et améliorée, on passe aux plans à l'échelle 1.
Maquette mise en place, modifiée et améliorée, on passe aux plans à l'échelle 1.
Maquette mise en place, modifiée et améliorée, on passe aux plans à l'échelle 1.

Maquette mise en place, modifiée et améliorée, on passe aux plans à l'échelle 1.

La fabrication commence par le coffre qui sera "suspendu" sous le plateau de table :

  • Trois cadres vissés collés, assemblés à mis bois, dans lesquels ont été au préalable réalisés des feuillures pour la pose des plateaux intérieurs,
  • Quatre montants verticaux, toujours à mis bois collé vissé, placés de manière qu'ils servent aussi de renforts aux futures fixations des traverses de couchettes,
  • Pose des faces avant et arrière,
  • Réalisation de l'aménagement intérieur (3 bouteilles, 8 couverts, 8 assiettes et 8 verres).

Reste à poser les côtés (en contreplaqué d'acajou de 9 mm), passage en peinture, il n'y a plus qu'à réaliser une table qui s'adapte au coffre !

Fabrication du coffre de table.
Fabrication du coffre de table.
Fabrication du coffre de table.
Fabrication du coffre de table.

Fabrication du coffre de table.

Un plateau de sapelli de 3,50 m de long par 0,60 m de large et de 27 mm d'épaisseur sera nécessaire pour confectionner le plateau de la table, ses deux rallonges et son pied.

Traçage, débits, rabotage, réalisation des feuillures et des assemblages à mis bois pour le cadre ; pose des rallonges (charnières de piano), des équerres de soutient des rallonges, confection et pose des baguettes antiroulis sur les rallonges et l'arrière de la table, ponçages ...

Ce n'est plus de la charpente de marine mais de l'ébénisterie.

Confection de la table.
Confection de la table.
Confection de la table.
Confection de la table.

Confection de la table.

La table en place à bord, c'est le tour du plan couchage.

Des traverses se positionnant sur les bancs, en lieu et place des barres de maintient des coussins de bancs, et sur des fixations prévues dans la table vont permettre de poser des panneaux de contre plaqué. Le tout est calculé pour que traverses et panneaux puissent être entreposés dans les coffres batteries.

Après mise en place des traverses, il apparait qu'en utilisant les deux traverses arrières du plan couchage et en réalisant un plateau se posant sur celles ci on obtient une desserte amovible qui remplira parfaitement la fonction de "plan cuisine".

Gabarits pour les panneaux du plan couchage et de la desserte, découpe et ajustage, c'est terminé; tout est débarqué pour mise en peinture et vernis sans oublier au préalable la pose de tapons sur toutes les têtes de vis apparentes.

La table en place, réalisation du plan couchette et de la desserte.
La table en place, réalisation du plan couchette et de la desserte.
La table en place, réalisation du plan couchette et de la desserte.
La table en place, réalisation du plan couchette et de la desserte.
La table en place, réalisation du plan couchette et de la desserte.

La table en place, réalisation du plan couchette et de la desserte.

Ponçages et vernis pour la table et la desserte, peintures pour les panneaux et les traverses du plan couchage puis l'ensemble est remonté à bord.

 

Les photos qui suivent montrent les options possibles:

  • Table seule rallonges ouvertes,
  • Table avec rallonges fermées plan de couchage sortie,
  • Table rallonges ouvertes, la desserte est en place.
Les aménagements son terminés.
Les aménagements son terminés.
Les aménagements son terminés.
Les aménagements son terminés.

Les aménagements son terminés.

Repost 0
23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 12:22

Septembre et Octobre 2014

 

Il reste à réaliser les façades des bancs. Elles sont tracées et découpées à terre au droit des cadres qui vont les recevoir, après un dernier montage à bord, la totalité des éléments est démontée pour être mise en peinture et vernis.

Les pinceaux, la peinture, et le white-spirit remplacent l'égoïne et les ciseaux à bois.

Le charpentier devient peintre ...

Peintures et vernis.
Peintures et vernis.
Peintures et vernis.

Peintures et vernis.

... mécanicien et électricien entrent en scène.

Les réservoirs de gazole étant en place, les tuyauteries d'alimentations, de purges et les évents sont fixées, les nables de remplissage et d'accès aux jauges sont montés définitivement.

Les jauges de niveaux sont connectées à l'installation bord.

Réservoirs de gazole, tuyauteries, évents et jauges.
Réservoirs de gazole, tuyauteries, évents et jauges.
Réservoirs de gazole, tuyauteries, évents et jauges.
Réservoirs de gazole, tuyauteries, évents et jauges.

Réservoirs de gazole, tuyauteries, évents et jauges.

L'ensemble est remonté, les coffres dans les bancs et les placards sur la partie arrière des dossiers deviennent une réalité.

Il semblerait qu'il ne manque que les coussins.

Il reste pourtant un certain nombre de "bricoles" à faire ou à mettre en place ...

Montage définitif des bancs et des dossiers.
Montage définitif des bancs et des dossiers.
Montage définitif des bancs et des dossiers.
Montage définitif des bancs et des dossiers.

Montage définitif des bancs et des dossiers.

... et ce ne sont pas des détails:

- Mise en place des ferrures de fixation de la barre de brigadier (elle sert de balcon sur la plage arrière).

- Pose des baguettes couvre-joints entre les hiloires et les dossiers.

- Modification, habillage, vernis de l'échelle d'accès à la chambre et pose de ses ferrures de fixation.

Finitions ou détails qui changent tout !
Finitions ou détails qui changent tout !
Finitions ou détails qui changent tout !
Finitions ou détails qui changent tout !
Finitions ou détails qui changent tout !

Finitions ou détails qui changent tout !

Repost 0
17 juillet 2014 4 17 /07 /juillet /2014 16:28

Mars / Mai  2014

Nous en étions fin janvier à l'ajustage des capots des roufs. Le capot du rouf moteur étant en place, c'est le tour de celui de la chambre.

Si un certain nombre d'opérations ressemblent à celles effectuées pour le rouf moteur (stratification et peintures), la pose et la nature des éléments supportés par le capot de la chambre, sa mise en place, son montage et ses finitions sont très éloignées et obligent à faire face à de nouvelles problématiques :

  • Confection et pose d'un coffret destiné à recevoir le poste radio au plafond du rouf,
  • Pose des mains courantes, du brise-lames, du panneau "coup de tête", du mâtereau du feu de hune, du plafonnier,
  • Réservations pour les passages des câbles de la radio, du plafonnier, de la sirène, du projecteur et du feu de hune.

 

Stratification, habillage et finitions au sol.
Stratification, habillage et finitions au sol.
Stratification, habillage et finitions au sol.
Stratification, habillage et finitions au sol.

Stratification, habillage et finitions au sol.

Contrairement au rouf moteur, le capot de la chambre n'est pas amovible. Il est ajusté par emboîtage sur les hiloires et la façade de la chambre, puis riveté cuivre sur les hiloires.

Son étanchéité est assurée par un joint élastomère, complétée par des baguettes de recouvrement dites "couvre-joint" en inox pour la partie supérieure et en bois pour les côtés.

Palans et main d'œuvre, l'opération est menée rondement, nous ne laisserons pas le temps à l'élastomère de durcir avant la mise à poste définitive et le serrage.

Mise en place du capot et vissage de la baguette couvre-joint supérieure.
Mise en place du capot et vissage de la baguette couvre-joint supérieure.
Mise en place du capot et vissage de la baguette couvre-joint supérieure.
Mise en place du capot et vissage de la baguette couvre-joint supérieure.

Mise en place du capot et vissage de la baguette couvre-joint supérieure.

Le rivetage du capot sur les hiloires est effectué exactement sur les anciens passages de rivets qui ont été au préalable chevillés par tampons bois et collage.

La pratique du rivetage étant acquise de longue date puisque tous les bordés remplacés étaient eux aussi rivetés cuivre, l'opération ne pose aucun problème.

Les têtes de rivets restant apparentes à l'intérieur du capot sur les deux longerons en orme vernis, leur façonnage est exécuté avec en plus, un souci d'esthétique.

Rivetage. On remarque "l'éclatement" des hiloires entre les hublots.
Rivetage. On remarque "l'éclatement" des hiloires entre les hublots.
Rivetage. On remarque "l'éclatement" des hiloires entre les hublots.
Rivetage. On remarque "l'éclatement" des hiloires entre les hublots.

Rivetage. On remarque "l'éclatement" des hiloires entre les hublots.

Les hiloires ayant "travaillés" et faisant apparaître des éclatements entre les hublots, nous fabriquons des pièces de renforts qui vissées collées et posées à contre fil, assureront la résistance mécanique et seront intégrées dans les montants du rouf.

Il est à noter que les hiloires précédentes étaient fendues au même endroit ???

Enfin, confection et pose des baguettes couvre-joint latérales et arrières, y compris sur l'arrière du panneau "coup de tête". Comme toujours pose sur élastomère et vis sous tapons bois.

Il ne reste plus qu'à vernir.

Renforts des hiloires, montants du rouf, baguettes couvre-joint latérales et arrières.
Renforts des hiloires, montants du rouf, baguettes couvre-joint latérales et arrières.
Renforts des hiloires, montants du rouf, baguettes couvre-joint latérales et arrières.
Renforts des hiloires, montants du rouf, baguettes couvre-joint latérales et arrières.

Renforts des hiloires, montants du rouf, baguettes couvre-joint latérales et arrières.

Repost 0
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 17:56

Mars / Mai  2014

Réalisation de la porte d'un coffret qui protégera les connexions électriques tribord.

La porte du coffret constituera la console de commande, elle supportera :

  • La clé de contact,
  • La commande du projecteur,
  • La commande des feux de route,
  • La commande du feu de hune,
  • La commande de l'alimentation du compas et du GPS.

Elle présentera en outre :

  • Cinq fusibles de protection,
  • L'horamètre de surveillance du temps de fonctionnement du moteur,
  • Deux prises "allume-cigares" 12 V pour l'alimentation des équipements standards.

 

Une maquette de la face avant est réalisée en contreplaqué de 5 mm, elle permet de mettre en place les différents équipements et de vérifier la faisabilité de l'opération.

La porte définitive est ensuite tracée avec précision en affinant l'emplacement exact des éléments, puis percée, les orifices sont ajustés, les équipements sont mis en place.

Ils sont câblés entre eux, par soudure, ils seront ensuite connectés aux câbles fixés sur la coque par l'intermédiaire d'une platine d'interface.

Fabrication de la console de commande : De la maquette de faisabilité au câblage des commandes.
Fabrication de la console de commande : De la maquette de faisabilité au câblage des commandes.
Fabrication de la console de commande : De la maquette de faisabilité au câblage des commandes.
Fabrication de la console de commande : De la maquette de faisabilité au câblage des commandes.

Fabrication de la console de commande : De la maquette de faisabilité au câblage des commandes.

Une platine de connexion située derrière la façade permettra de réunir :

  • Le câblage fixe de la vedette,
  • Les équipements fixés sur la façade de la porte,
  • Un connecteur de branchement vers le capot moteur démontable,
  • Deux connecteurs de branchement vers le tableau de bord amovible.

Pour définir la position des connexions sur la platine elle est posée à côté de la porte ouverte pour étudier le passage des fils entre les deux éléments, et vérifier que les fils ne seront pas blessés ou coincés lors de l'ouverture / la fermeture de la porte.

La platine est ensuite câblée, mise en place et connectée au bord.

Enfin la porte est montée, les interconnexions effectuées.

Il ne manque plus que les liaisons vers :

  • La platine qui supporte les équipements de charge des batteries et le convertisseur 24 V ==> 12 V,
  • Le capot moteur,
  • Le tableau de bord.
La platine d'interface est équipée, câblée et intégrée dans le coffre.
La platine d'interface est équipée, câblée et intégrée dans le coffre.
La platine d'interface est équipée, câblée et intégrée dans le coffre.
La platine d'interface est équipée, câblée et intégrée dans le coffre.

La platine d'interface est équipée, câblée et intégrée dans le coffre.

Le coffre et la console sont terminés, les branchements recettés.

 

On peut maintenant s'attaquer :

  • Au câblage du tableau de bord,
  • Au branchement vers le quai,
  • A la platine de chargement des batteries,
  • A la connexion du capot moteur.
La console est terminée, une étape de plus.

La console est terminée, une étape de plus.

Repost 0

A . S . E . T .

  • : Association pour la Sauvegarde des Embarcations Traditionelles
  • Association pour la Sauvegarde des Embarcations Traditionelles
  • : Ce blog présente les valeurs et les actions menées par L'A.S.E.T. Association Varoise, basée à Six Fours, dont la vocation est : La sauvegarde des embarcations traditionnelles, et le maintien des traditions maritimes.
  • Contact

Recherche