Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 juin 2017 7 18 /06 /juin /2017 10:50

Avril 2017

LA VEDETTE FOCH

Vous avez suivi sa rénovation, il est temps pour nous, après une trop longue période de silence, de vous donner des nouvelles, de son fonctionnement, de son utilisation et de vous inviter à venir naviguer à son bord avec nous.

En attendant vous pouvez toujours l'admirer amarrée au ponton réservé aux bateaux du patrimoine du Club Nautique de la Marine situé quai Cronstadt devant la préfecture maritime.

Un an ça s'est traduit par 30 jours à la mer, 110 heures de marche moteur, une consommation moyenne de 5 litres/heure à environ 8 nœuds.

Mais aussi par sa prise en main et sa maîtrise par les quatre patrons qui s'accordent aujourd'hui sur ses qualités en matière de manœuvrabilité et de tenue à la mer.

Huit personnes à bord, équipage compris, c'est la limite imposée tant pour la sécurité que pour le confort.

Baie du Lazaret, navigation au milieu des parcs à moules.

Petite Rade de Toulon, par mer calme, à la limite de la vitesse maximum autorisée.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mêmes lieux avec une mer plus soutenue.
 

 

 

Le 5 octobre 2016 elle a fait l'objet d'un ARTICLE publié dans Var Matin.

"La Vedette Foch brille de nouveau sur les flots"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
Participation aux fêtes du patrimoine :
 
La Vedette a participé à des manifestations nautiques, seule ou en compagnie d'autre unités d'AMERAMI (la Baleinière AMERAMI ou IDA) ou des rassemblements des bateaux du patrimoine.
  • La fête de la Petite Mer aux Sablettes,
  • La Sagno à La Seyne sur Mer,
  • Le Vire-Vire de saint Mandrier,
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le 2 juin 2016, nous avons accompagné Antarès II, autre bateau d'AMERAMI, lors de son départ pour la manifestation Brest  2016.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les accompagnateurs à bord de la Vedette Foch.
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
À quai à La Madrague de Giens lors d'une fête nautique.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le vent n'étant pas au rendez-vous, remorquage de la Baleinière AMERAMI pour rejoindre "La Sagno".
 
 
 
Un peu de sport.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Aux premières loges pour assister aux régates de l'América's Cup ...
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
En compagnie d'une merveille des mers ...
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ou encore accompagnement des autorités lors d'une régate, sur "J 80",  entre les marines Britannique et Française.
 
 
 
 
 
Sorties loisirs.
 
Mais aussi des sorties loisirs au profit des membres de l'association, d'amis ou d'invités, qui, outre le plaisir de naviguer et de découvrir les richesses de nos côtes, de la Grande Rade de Toulon aux îles d'Hyères, sont autant d'occasions de promouvoir le patrimoine maritime, de prouver que l'ont peut redonner un avenir aux bateaux du passé mais aussi de réveiller des vocations.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
On profite d'une crique pour faire un petit plongeon, suivi, à bord, d'une douche à l'eau douce et d'un généreux repas avec des boissons fraiches sans lequel une journée en mer ne saurait être complète.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Il n'y a pas d'âge pour piloter ou apprendre à piloter la Vedette.
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
On peut profiter d'un coucher de soleil lors d'un transit vers La Presqu'île de Giens.

Si ces quelques images qui illustrent nos activités vous donnent envie de nous rejoindre :

Nous vous accueillerons avec plaisir pour partager avec vous les joies de la navigation. 

Repost 0
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 07:46

Venez tous dimanche 21 Mai au Port du Lazaret (Petite Mer) pour une journée porte ouverte qui vous permettra d'embarquer pour une promenade dans la baie du Lazaret au milieu des parcs à moules.

 

Vous pourrez découvrir la navigation sur des embarcations de la collection AMERAMI :

  • Vedette Foch,
  • Baleinière AMERAMI,
  • IDA.

 

Ou d'autres pointus traditionnels.

 

 

 

 

 

VEDETTE FOCH          ==         Baleinière AMERAMI        ==        IDA
VEDETTE FOCH          ==         Baleinière AMERAMI        ==        IDA
VEDETTE FOCH          ==         Baleinière AMERAMI        ==        IDA

VEDETTE FOCH == Baleinière AMERAMI == IDA

Repost 0
18 octobre 2016 2 18 /10 /octobre /2016 18:00

21  Avril  2016

Transfert de la Vedette au Club Nautique de la Marine de Toulon.

 

Il est 11 heure c'est sous un ciel plombé que la Vedette Foch quitte le chantier ou elle a été remise à neuf pour rejoindre le CNMT qui va devenir son port d'attache.

La traversée durera un quart d'heure avec quelques gouttes de pluie pour arroser l'événement.

Le "Pacha" debout à la passerelle savoure le résultat de toutes ses années de labeur.

Nous arrivons au quai d'accueil sous les yeux ébahis et admiratifs de l'équipage de la "Yole de Bantry" JemVar.

Puis c'est l’amarrage devant la yole pour attendre l'inauguration officielle.

Transfert au Club nautique réussi.
Transfert au Club nautique réussi.
Transfert au Club nautique réussi.
Transfert au Club nautique réussi.
Transfert au Club nautique réussi.

Transfert au Club nautique réussi.

20  Mai  2016

" Admission au Service Actif "

 

La Vedette Foch fait son entrée au CNMT vers 17 H 30, une manœuvre impeccable et elle est amarrée au quai d'accueil devant "Antares II"

 

Les autorités invitées disent quelques mots pour célébrer la résurrection d'un bateau prés de 20 ans après son désarmement et son abandon sur un terre plein de la base navale.

 

Quelques anciens qui ont navigué sur son bord pendant ses heures glorieuses sont émus de la voir à nouveau opérationnelle.

 

Puis c'est quelques virées dans le port de Toulon avec les invités à bord.

 

Après un apéritif de circonstance la Vedette Foch rejoint son amarrage définitif à la place d'honneur sur le ponton Cronstadt face à la préfecture maritime à côté d'Antares II.

 

La vedette Foch est Admise au Service Actif
La vedette Foch est Admise au Service Actif
La vedette Foch est Admise au Service Actif
La vedette Foch est Admise au Service Actif
La vedette Foch est Admise au Service Actif
La vedette Foch est Admise au Service Actif

La vedette Foch est Admise au Service Actif

La vedette a rejoint son poste d'amarrage au quai Cronstadt à côté d'Antares II

La vedette a rejoint son poste d'amarrage au quai Cronstadt à côté d'Antares II

Repost 0
27 avril 2016 3 27 /04 /avril /2016 13:15

Mercredi  6  Avril  2016

Essais de la vitesse et mesure de la consommation

 

Le vent est nul, la mer est plate, c'est un temps idéal pour faire les essais de vitesse et de consommation, les mesures ne seront pas polluées par des vents favorables ou contraires.

 

Nous avons installé à bord un réservoir mobile, gradué en litre pour mesurer la consommation dans les diverses conditions de navigation.

Ce réservoir baptisé "biberon" est issu d'un pulvérisateur de 12 litres bricolé par nos soins et fixé sur le marchepied par des serres joints.

Il est branché sur une des arrivées des pré-filtres à gazole et peut être mis en service grâce à un robinet ¼ de tour après avoir fermé les alimentations venant des réservoirs de bord,

Cette configuration nous permet, entre deux mesures, de remplir le "biberon" au niveau désiré, directement par gravité à partir des réservoirs du bateau.

 

Quatre personnes sont à bord, les pleins de gazole, d'eau douce et du bar étant fait le devis de poids nous semble correct.

La préparation est terminée on part pour les essais de qualification.
La préparation est terminée on part pour les essais de qualification.
La préparation est terminée on part pour les essais de qualification.
La préparation est terminée on part pour les essais de qualification.
La préparation est terminée on part pour les essais de qualification.
La préparation est terminée on part pour les essais de qualification.
La préparation est terminée on part pour les essais de qualification.

La préparation est terminée on part pour les essais de qualification.

Nous informons, en VHF, la Vigie du Cap Cépet de notre présence et de nos intentions de faire des essais de vitesse. Ils nous repèrent grâce à un coup de projecteur.  OK.
Essais concluant, la VHF  et le projecteur sont validés.

 

GPS en fonction, chronomètre réglé, vérification du moteur :

  • pressions d'huile du moteur,
  • températures du moteur,
  • palier,
  • presse-étoupe de ligne d'arbre,
  • presse-étoupe de la mèche de safran,

 

  • tout est correct.

Tous ces points seront contrôlés entre chaque allure.


Nous commençons en Petite Rade

Première passe – Vitesse moteur minimum :

  • Vitesse moteur                       : 650 Tr/mn
  • Vitesse fond                           : 5.90 Nœuds
  • Durée                                      : 20 minutes
  • Consommation                     : 2.57 litres/heure

Deuxième passe :

  • Vitesse moteur                       : 800 Tr/mn
  • Température eau moteur    : 60°
  • Température huile moteur   : 55°
  • Vitesse fond                           : 7.50 Nœuds
  • Durée                                      : 20 minutes
  • Consommation                     : 3.60 litres/heure

Troisième passe :

  • Vitesse moteur                       : 1000 Tr/mn
  • Température eau moteur    : 65°
  • Température huile moteur   : 55°
  • Vitesse fond                           : 8.50 Nœuds
  • Durée                                      : 20 minutes
  • Consommation                     : 6.26 litres/heure
La vedette se comporte correctement à petite vitesse.La vedette se comporte correctement à petite vitesse.
La vedette se comporte correctement à petite vitesse.
La vedette se comporte correctement à petite vitesse.La vedette se comporte correctement à petite vitesse.

La vedette se comporte correctement à petite vitesse.

Nous sortons en Grande Rade

Après avoir refait le plein du biberon.

Quatrième passe

  • Vitesse moteur                       : 1200 Tr/mn
  • Température eau moteur    : 70°
  • Température huile moteur   : 60°
  • Vitesse fond                           : 10 Nœuds
  • Durée                                      : 20 minutes
  • Consommation                     : 10.03 litres/heure

Cinquième passe

  • Vitesse moteur                       : 1400 Tr/mn
  • Température eau moteur    : 80°
  • Température huile moteur   : 70°
  • Vitesse fond                           : 13 Nœuds
  • Durée                                      : 5 minutes
  • Consommation                     : 25.71 litres/heure

 

  • Les températures montent, le pot d'échappement évacue des fumées noires, la vedette déplace beaucoup d'eau mais la stabilité reste bonne.

 

Essais à grande vitesse.Essais à grande vitesse.
Essais à grande vitesse.Essais à grande vitesse.Essais à grande vitesse.

Essais à grande vitesse.

Sixième passe - Vitesse moteur maximum

  • Vitesse moteur                       : 1620 Tr/mn
  • Température eau moteur    : 90°
  • Température huile moteur   : 80°
  • Vitesse fond                           : 14 Nœuds
  • Durée                                      : 2 minutes
  • Consommation                     : 28.29 litres/heure
Est ce bien raisonnable ?Est ce bien raisonnable ?

Est ce bien raisonnable ?

Nous aurions pu et dû nous arrêter à 1400 T/mn mais nous voulions, pour la recette du moteur, le pousser dans ces derniers retranchements.

 

Ces essais nous ont permis de qualifier le fonctionnement de la propulsion et de tracer les courbes caractéristiques de la VEDETTE FOCH.

 

 

Nous allons brider le moteur aux environs de 1300 Tr/mn en limitant la course du cran de pétrole sur la pompe d'injection ; cela devrait donner entre 12 et 12,5 nœuds ce qui correspond à la vitesse affichée par la Marine Nationale pour ce type de vedette.

Après la fin de ces essais une vidange complète du moteur et du réducteur ainsi qu'un contrôle du réglage des culbuteurs  et du calage de la pompe d'injection s'imposent.

Essais complémentaires

 

Les essais de vitesse et de consommation terminés nous nous amarrons à Saint-Mandrier  c'est l'occasion d'effectuer une autre série d'essais :

  • Les glaçons à l'apéritif  valident le bon fonctionnement du frigo.
  • Le casse-croûte permet de tester le confort de la chambre, la fonctionnalité de la table et du carré. Vraiment à l'aise pour 4 personnes, jouable jusqu'à 6.
  • Le balai-brosse et l'éponge marchent aussi, sous réserve de mettre un peu d'huile de coude avec, car nous en profitons pour faire un grand nettoyage du pont.

Nous avons la visite d'ANTARES II  qui effectue les essais de ses pilotes automatiques, malheureusement pour les photos à la mer nous n'arriverons pas à nous croiser dans l'après-midi.

Touch and Go à quai chez FOSELEV MARINE, nous embarquons notre diéséliste en chef qui nous fera faire un nouvel essai de 3 minutes à puissance maximale (le dernier c'est juré) ; puis retour par la Petite Passe et de nouveau mise à couple du CASTOR 02.

Une journée d'essais en mer riche d'émotions et d'enseignements.
Une journée d'essais en mer riche d'émotions et d'enseignements.
Une journée d'essais en mer riche d'émotions et d'enseignements.
Une journée d'essais en mer riche d'émotions et d'enseignements.
Une journée d'essais en mer riche d'émotions et d'enseignements.

Une journée d'essais en mer riche d'émotions et d'enseignements.

Repost 0
14 avril 2016 4 14 /04 /avril /2016 07:41

Février et mars  2016

Fin des travaux ; armement ; vérifications.

La mise à l'eau est programmée pour le 1ier avril ; ce n'est ni une plaisanterie ni un choix, c'est par contre un grand jour, tant pour la vedette que pour toute l'équipe.

Deux couches d'antifouling sur les œuvres vives, la deuxième 24 heures avant la mise à l'eau afin de respecter les préconisations du fabricant.

Ultimes contrôles et vérifications :

  • les nables sont en place,
  • les batteries sont chargées,
  • la pompe de cale fonctionne, ... le frigo aussi,
  • et ... les rideaux sont bien tendus ...

Mise à bord du matériel restant, ça va des mâts de pavillon et de flamme aux couverts en passant par les brassières de sauvetage, les feux à main, le matériel de propreté, l'outillage, la lampe torche, le plein de la caisse à eau douce et ... celui du bar.

Enfin pour terminer, nettoyage du chantier, il faut tout de même que la remorque puisse passer.

Enfin prête.
Enfin prête.
Enfin prête.
Enfin prête.
Enfin prête.

Enfin prête.

Premier   Avril  2016

Mise à l'eau

Quatre étapes dont la dernière est conditionnelle :

  1. Chargement sur la remorque.
  2. Transfert vers le lieu de grutage.
  3. Grutage et mise à l'eau.
  4. Et, si tout va bien, premiers essais.

Chargement sur la remorque

Comme pour la sortie du hangar c'est la remorque et le Clarck du chantier ROBIN MARINE, pilotés par Xavier, qui se chargeront de cette opération.

Le ber avant est enlevé, la remorque est "glissée" sous la vedette, qui est soulevée par les vérins hydrauliques de la remorque, le ber arrière et les deux tins sont enlevés, puis la vedette est redescendue à sa hauteur de roulage.

Cinq cents mètres à parcourir pour arriver au pied de la grue pré positionnée, elle nous attend déjà sur un des quais de FOSELEV MARINE.

 

Chargement de la vedette et transit vers la grue.
Chargement de la vedette et transit vers la grue.
Chargement de la vedette et transit vers la grue.
Chargement de la vedette et transit vers la grue.
Chargement de la vedette et transit vers la grue.

Chargement de la vedette et transit vers la grue.

Grutage et mise à l'eau

Quatre bateaux à mettre à l'eau, la Vedette Foch sera la dernière.

Retouches d'antifouling à l'emplacement des deux tins, décapelage des tauds, mise en place des amarres et des pares battage, sortie des gaffes.

Positionnement des sangles, tout le monde descend, la vedette s'envole et redescend délicatement vers son élément.

Embarquement, amarrage, ronde d'étanchéité :

  • Elle fait un peu d'eau ce qui est normal pour un bateau bois et la pompe de cale fonctionne !
  • Elle est dans ses lignes mais c'est le tracé de la flottaison qui n'y est pas ! À rectifier dès le premier carénage.
  • Démarrage du moteur, on découvre une fuite d'eau sur le circuit de réfrigération de la bague hydrolub du presse étoupe.
Enfin à flot.
Enfin à flot.
Enfin à flot.
Enfin à flot.
Enfin à flot.
Enfin à flot.
Enfin à flot.

Enfin à flot.

Premiers essais

Le resserrage d'un raccord fuyard entraîne sa rupture.

Fermeture de la vanne de coque de prise d'eau, pinochage de l'entrée au presse étoupe et remplacement du raccord nous prennent une petite heure.

On se décide à appareiller, cap sur la Grande Passe.

Tests de barre et de moteur, maniabilité et puissance.

Le GPS nous donne :

  • 9,7 Noeuds pour une vitesse moteur de 1200 tour/minute,
  • 12  Noeuds pour une vitesse moteur de 1450 tour/minute,
  • et ... une petite pointe à 13 Noeuds.

Il est 18 h, le temps n'est pas génial, les embruns et la pluie commencent à mouiller, nous prenons le chemin du retour par la petite passe et rejoignons notre poste d'amarrage provisoire chez FOSELEV MARINE à couple du CASTOR 02.

Prochaine étape : les essais officiels et complets.

Un premier essai satisfaisant.
Un premier essai satisfaisant.
Un premier essai satisfaisant.
Un premier essai satisfaisant.
Un premier essai satisfaisant.
Un premier essai satisfaisant.
Un premier essai satisfaisant.
Un premier essai satisfaisant.

Un premier essai satisfaisant.

Repost 0
23 février 2016 2 23 /02 /février /2016 18:09

Décembre 2015   et   Janvier 2016

 

Le moteur et ses circuits sont opérationnels on aurait pu penser que nous en étions à la fin des travaux.

C'est sans compter sur l'approvisionnement et la mise en place de ce que l'on peut appeler le matériel d'armement et les aménagements de "confort" :

  • Navigation (compas, GPS, sirène, projecteur),
  • Manœuvre (gaffes, amarres, pares battage, lignes de mouillage)
  • Sécurité (bouée couronne, remorque, extincteurs),
  • Fonctionnel (caisse à outils, touret de câble de charge par l'extérieur, clé à virer le moteur, jauge à gazole manuelle),
  • Divers, poubelle, rideaux de la chambre . . .

 

Pour chacun de ses matériels il est impératif de trouver :

  • Un emplacement qui corresponde à son usage et qui, dans tous les cas, ne soit pas gênant pour la circulation à bord et l'accessibilité au matériel fixe,
  • Un support adapté à sa forme,
  • Une fixation permettant une mise en œuvre rapide (extincteurs, bouée couronne...) ou non (remorque, ligne de mouillage, …).

Après c'est la confection des "postes de repos", chacun étant particulier, n'existant pas dans le commerce et présentant ses propres difficultés de réalisation.

Le bois et les amarrages par bouts seront privilégiés pour des questions de facilité de réalisation, de fiabilité, d'esthétique, et de coût.

 

Compas,   GPS,   Projecteur,   Sirène

Pas de question à se poser pour leurs emplacements, ils sont prévus depuis longtemps, les câbles sont en place, par contre il faut encore,

  • Les choisir,
  • Les approvisionner,
  • Les fixer,
  • Les brancher,
  • Les tester.

Pour le compas et le GPS il faudra fabriquer une console qui permette de les poser horizontalement à la vue du barreur.

Les derniers fils sont connectés.
Les derniers fils sont connectés.
Les derniers fils sont connectés.
Les derniers fils sont connectés.

Les derniers fils sont connectés.

Gaffes,   bouée couronne,  ancre légère sur sa ligne de mouillage

 

Tout est positionné sur le pont ou le capot du rouf moteur :

  • Fixés sur des cales en bois,
  • Amarré par des bouts avec nœuds plats gansés permettant un largage rapide.
Les équipements fixés à leurs postes de repos sur le pont.
Les équipements fixés à leurs postes de repos sur le pont.
Les équipements fixés à leurs postes de repos sur le pont.

Les équipements fixés à leurs postes de repos sur le pont.

Amarrages
 

L'ancre lourde pour la deuxième ligne de mouillage, les pares battages, les amarres et toulines ne demandent pas une mise en œuvre rapide mais sont d'un encombrement non négligeable.


Ils seront installés dans une zone de non circulation, à l'avant, contre la coque bâbord, entre le frigidaire et la cloison du puits aux chaînes, qui plus est à proximité de la deuxième ligne de mouillage et sous le panneau d'accès à la plage avant permettant ainsi une mise en œuvre  facile.

Le râtelier est chargé.
Le râtelier est chargé.

Le râtelier est chargé.

Caisse à outils, touret de câble de charge par l'extérieur, remorque

extincteurs

 

Du fait du tableau de bord et du tuyau d'échappement la zone tribord du moteur n'est pas accessible en venant de l'arrière.

Le plancher est mis à profit pour installer les postes de repos de la caisse à outils et du touret du câble de charge par l'extérieur.

La remorque, au prix d'un poste de repos très spécifique, trouve sa place contre la coque.

Malgré tous ces aménagements la pompe de cale manuelle reste accessible sans délais.

Au dernier moment une boîte à chiffons et une poubelle sont installés à proximité du moteur.

Pour la sécurité, deux extincteurs ont été mis en place, eux aussi sont accessibles rapidement :

  • Le premier de 2 Kg dans le local moteur,
  • Le second de 1 Kg dans la chambre.

 

Avant et après; il n'y plus beaucoup de place disponible.
Avant et après; il n'y plus beaucoup de place disponible.
Avant et après; il n'y plus beaucoup de place disponible.
Avant et après; il n'y plus beaucoup de place disponible.
Avant et après; il n'y plus beaucoup de place disponible.

Avant et après; il n'y plus beaucoup de place disponible.

Coussins des couchettes

Là c'était un réel problème d'encombrement. La solution ; à l'avant contre la coque :

  • Sur bâbord, en partie derrière le frigidaire, pour les deux plus grands,
  • Sur tribord, au dessus des toilettes, pour les deux petits.

 

Nous ferons confectionner deux housses pour les protéger et, concession aux techniques modernes, les fixations seront assurées par des sangles équipées de velcros.

Les coussins sont fixés.
Les coussins sont fixés.
Les coussins sont fixés.

Les coussins sont fixés.

Les rideaux de la chambre

 

Indispensables au mouillage pour la sieste sous le soleil du Midi.

Nous savions où les mettre, mais le choix de la couleur, de la matière, la confection et la pose n'étaient pas dans nos compétences.

Pose des rideaux.
Pose des rideaux.

Pose des rideaux.

Repost 0
1 février 2016 1 01 /02 /février /2016 17:33

Novembre et Décembre  2015

Connexion de l'échappement

 

Le tuyau d'échappement est en attente, il ne reste plus qu'à :

  • Fixer le "Waterlock",
  • Relier le collecteur d'échappement au "Waterlock",
  • Calorifuger le collecteur.

 

Les fils de connexion du moteur qui ont permis les tests préliminaires sont toujours en vrac en attendant le tableau de bord.

La ligne d'échappement est opérationnelle.
La ligne d'échappement est opérationnelle.
La ligne d'échappement est opérationnelle.

La ligne d'échappement est opérationnelle.

Connexions électriques

 

C'est la fin de la tâche "Câblage électrique" :

  • Le tableau électrique est fermé, les vis de maintient des boutons de commande serrées,
  • Un voyant de présence tension, témoin de la fermeture du coupe batterie de démarrage est rajouté sur la console instrumentation,
  • Le tableau de bord est monté,
  • La platine supportant le connecteur d'alimentation sol est en place,
  • Les étiquettes sont fixées,
  • Le chargeur de batteries est à son tour connecté au bord,
  • Les connecteurs assurant les liaisons électriques sont terminés il ne reste plus qu'à les brancher :
    • Deux vers la console d'instrumentation,
    • Un vers le moteur,
    • Un vers la brèche,
    • Un fil de forte section assure la liaison directe entre l'alternateur et le répartiteur de charge.

Toutes les liaisons sont vérifiées avant la mise sous tension.

L'électricité est terminée.
L'électricité est terminée.
L'électricité est terminée.
L'électricité est terminée.
L'électricité est terminée.

L'électricité est terminée.

Hydraulique de barre

 

L'installation étant en place, il ne reste plus qu'à :

  • Effectuer les branchements,
  • Purger les circuits,
  • Vérifier l'étanchéité,
  • Régler la position "zéro" de la barre.

Et bien sur vérifier le fonctionnement de l'ensemble.

L'hydraulique fonctionne.
L'hydraulique fonctionne.

L'hydraulique fonctionne.

Alimentation gazole

 

Tuyauteries réservoirs et filtres sont en place, il faut encore :

  • Remplir les réservoirs,
  • Purger les circuits,
  • Vérifier l'étanchéité et ... reprendre les dernières fuites,
  • Assurer l'étalonnage des jauges à carburant.
L'alimentation du carburant est opérationnelle.
L'alimentation du carburant est opérationnelle.
L'alimentation du carburant est opérationnelle.
L'alimentation du carburant est opérationnelle.

L'alimentation du carburant est opérationnelle.

Sécurités

 

Maintenant il faut protéger les "pièces tournantes" par la mise en place :

  • D'une protection de l'accouplement de la ligne d'arbre, cette protection servira de marche pieds pour accéder au poste de pilotage,
  • D'une grille pour isoler la courroie et les poulies de l'alternateur.
Marche pieds sur ligne d'arbre et cache courroie.
Marche pieds sur ligne d'arbre et cache courroie.

Marche pieds sur ligne d'arbre et cache courroie.

Après avoir testé tous les éléments séparément on peut lancer le moteur sur alimentations bord, vérifier le fonctionnement :

  • Des alarmes température et pression,
  • La charge des batteries,
  • L'affichage des informations de contrôle.

 

 

Les essais ont permis de contrôler le bon fonctionnement :

  • Température,
  • Pressions,
  • Tensions,
  • Intensités.

La mécanique et l'électricité sont recettés.

Repost 0
18 janvier 2016 1 18 /01 /janvier /2016 11:20

L'installation du moteur dans la vedette implique :

  • De le sortir du conteneur mécanique ou il est stocké,
  • De le transporter sur 10 mètres pour l'amener au niveau de la vedette,
  • De le lever à 5 mètres pour le passer au dessus du pont,
  • De le descendre au travers de l'ouverture (la brèche pour les sous-mariniers) qui ne fait que 1 m 70 de large,
  • De le poser sur ses supports,
  • De le positionner tant longitudinalement que latéralement sur son berceau afin que la sortie moteur soit dans l'alignement exact de l'arbre porte hélice,
  • De le fixer définitivement sur son support,
  • De réaliser les connexions avec le bateau :
    • Mécanique,
    • Hydraulique,
    • Electrique.

En vérifiant à chaque étape que tout est correct.

 

C'est facile à dire, sauf que, équipé de son réducteur et de son inverseur de marche le "joujou" pèse 1,2 tonne.

Le Clark des Bateliers de la Côte d'Azur équipé de fourches longues répondra encore présent pour nous assister, 2 palans de 1 tonne, deux sangles, quelques bouts et la totalité de l'équipe suffiront à la réussite de l'opération.

 

26 Octobre

Embarquement du moteur

 

La VEDETTE est prête à recevoir son propulseur.

Sortie du conteneur avec le palonnier, dépose puis reprise latérale du moteur sur les fourches longues équipées des palans.

Préparation de la mise en place.
Préparation de la mise en place.
Préparation de la mise en place.
Préparation de la mise en place.
Préparation de la mise en place.

Préparation de la mise en place.

Levage, frissons, le moteur prend du balan et le Clark lève un peu de l'arrière, ça passe juste au niveau de la cloison de la chambre.

Après quelques essais en vol, heureusement sans atterrissage forcé, le moteur est déposé en douceur sur son berceau.

C'est fini pour aujourd'hui.

En plus des heures de navigation il faudra comptabiliser les heures de vol.
En plus des heures de navigation il faudra comptabiliser les heures de vol.
En plus des heures de navigation il faudra comptabiliser les heures de vol.
En plus des heures de navigation il faudra comptabiliser les heures de vol.
En plus des heures de navigation il faudra comptabiliser les heures de vol.
En plus des heures de navigation il faudra comptabiliser les heures de vol.

En plus des heures de navigation il faudra comptabiliser les heures de vol.

29 Octobre

Lignage du moteur

 

Le moteur est repris par le clark en interposant les palans pour permettre un positionnement plus précis.

Quelques manœuvres, réglages aux palans, mesures de contrôle du lignage, aucun problème, le "bébé" se présente bien.

Après vérifications de la position :

  • Accouplement à la ligne d'arbre,
  • Fixation sur le bâti.
Moteur fixé à son berceau et accouplé.
Moteur fixé à son berceau et accouplé.
Moteur fixé à son berceau et accouplé.
Moteur fixé à son berceau et accouplé.
Moteur fixé à son berceau et accouplé.

Moteur fixé à son berceau et accouplé.

5 Novembre

Raccordements et mise en route

 

Suivent un certain nombre d'opération :

  • Branchement de l'entrée d'eau de mer de refroidissement,
  • Mise en place de l'échappement,
  • Branchements provisoires du câblage moteur sur le bateau, (préchauffage, démarreur, alarmes, alternateur) une pince  ampèremetrique est positionnée pour vérifier le fonctionnement de l'alternateur

 

La réfrigération vient de la terre, le gazole toujours fourni par un jerricane, en attendant mieux, on peut enfin démarrer le moteur embrayer et faire tourner l'hélice ! C'était le but non ?

 

Tout va bien, regarder tourner une hélice en étant vaporisé par des gaz d'échappement peut apporter une grande joie.

 

Il restera la mise en place et le raccordement du tableau de bord pour remplacer la toile d' araignée qui s'est installée entre le moteur et la coque, le calorifugeage de l'échappement, et quelques "bricoles".

Et enfin elle tourne ; qui ?  Ben l'hélice.
Et enfin elle tourne ; qui ?  Ben l'hélice.
Et enfin elle tourne ; qui ?  Ben l'hélice.
Et enfin elle tourne ; qui ?  Ben l'hélice.
Et enfin elle tourne ; qui ?  Ben l'hélice.
Et enfin elle tourne ; qui ?  Ben l'hélice.

Et enfin elle tourne ; qui ? Ben l'hélice.

Repost 0
9 janvier 2016 6 09 /01 /janvier /2016 10:44

23  Octobre   2015

 

Un grand jour pour la VEDETTE FOCH

 

Ce jour là en effet la Vedette est sortie du hangar qu'elle occupait depuis très longtemps.

Un pas en avant décisif vers sa mise à 'eau.

 

Ce fut une opération délicate, nécessitant des moyens de manutention lourds et une bonne préparation ; en effet :

  • Depuis notre installation la surface permettant les manœuvres a été fortement réduite par l'installation d'un nouveau chantier. Il faudra déplacer le conteneur mécanique pour permettre le passage de la remorque.
  • Le moteur devra être sorti pour dégager la place permettant de déposer la brèche. Nous le stockerons dans un endroit accessible avec un chariot élévateur pour pouvoir être déposé facilement et repris ensuite pour l'embarquement ; ce sera le conteneur mécanique.
  • La hauteur de la vedette est telle qu'elle ne passe pas sous la porte, il faudra donc, après avoir ôté les portes, découper les barres de soutient pour dégager de la hauteur.
  • Enfin il faudra rentrer la remorque, lever la vedette, la sortir, lui faire faire un demi tour et la positionner de telle manière que l'on puisse manœuvrer autour avec un engin pour embarquer le moteur puis, plus tard, la brèche.
Pas assez de place et pas assez de hauteur pour manœuvrer .
Pas assez de place et pas assez de hauteur pour manœuvrer .

Pas assez de place et pas assez de hauteur pour manœuvrer .

Première étape le 19 octobre

 

Démontage de la façade du hangar

Démontage des portes puis des plaques ondulées et découpe des tubes de façade. Ils seront plus tard manchonnés pour être remontés et permettre un démontage ultérieur plus aisé.

 

Précaution importante il faut bâcher l'avant de la vedette car la peinture fait mauvais ménage avec les étincelles projetées par la disqueuse.

 

Déplacement du conteneur mécanique

Le conteneur est déplacé pour permette les manœuvres avec la remorque.

Démontage de la façade … à la disqueuse !
Démontage de la façade … à la disqueuse !
Démontage de la façade … à la disqueuse !
Démontage de la façade … à la disqueuse !
Démontage de la façade … à la disqueuse !
Démontage de la façade … à la disqueuse !

Démontage de la façade … à la disqueuse !

Deuxième étape le 19 octobre

 

Sortie du moteur

Il sera plus facile à sortir qu'à rentrer.

Sans les tubes de façade le Clark peut rentrer sous le hangar même si la marge de manœuvre entre la coque de la vedette et le moteur reste faible.

Le moteur est sorti et retourne dans le conteneur mécanique.
Le moteur est sorti et retourne dans le conteneur mécanique.
Le moteur est sorti et retourne dans le conteneur mécanique.
Le moteur est sorti et retourne dans le conteneur mécanique.

Le moteur est sorti et retourne dans le conteneur mécanique.

Troisième étape le 22 octobre

 

Dépose du tableau de bord et de la brèche

Moteur sortie de l'abri il y a de la place pour poser la brèche et le tableau de bord. Cela permettra de terminer les derniers travaux les concernant à l'abri et sans avoir à travailler au plafond dans des conditions de bord difficiles :

  • Connections électriques,
  • Fixation des câbles,
  • Création de postes de repos pour les gaffes et la bouée.

 

Brèche ou capot du rouf moteur ?
Brèche ou capot du rouf moteur ?
Brèche ou capot du rouf moteur ?
Brèche ou capot du rouf moteur ?
Brèche ou capot du rouf moteur ?

Brèche ou capot du rouf moteur ?

Dernière étape le 23 octobre

 

Sortie de la VEDETTE

La remorque rentre juste en largeur, il faudra même la faire riper sur le côté avec un palan pour réussir à la centrer sous la vedette.

Un petit tour de rond point, un demi-tour, il ne reste plus qu'à la positionner :

  • Pour permettre l'embarquement du moteur et la réalisation des dernières finitions,
  • Pour la remise sur remorque en vue de son prochain voyage qui la mènera, enfin, à la grue de mise à l'eau.


Tous les travaux de manutention délicats se passeront bien grâce aux concours :

  • De Xavier de Robin Marine de son Clark et de sa remorque hydraulique,
  • De Cédric des Bateliers de la Côte d'Azur et de son Clark,
  • Ainsi que des sueurs, parfois froides, de toute l'équipe.

 

Un grand merci à tous ceux qui ont participé à cette aventure

Un petit tour de rond point pour être présenté correctement.
Un petit tour de rond point pour être présenté correctement.
Un petit tour de rond point pour être présenté correctement.
Un petit tour de rond point pour être présenté correctement.

Un petit tour de rond point pour être présenté correctement.

 

 

Prête pour les dernières finitions avant la mise à l'eau.

Repost 0
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 15:32

Peu de choses à dire au sujet de la mise en peinture, les images en disent plus qu'un long discours.

Ponçage, masquage, peinture, enduit, re-ponçage …

 

Deux couches de minium sur toute la coque, trois couches de Prékote et deux couches de laque sur les œuvres mortes.

Préparation des œuvres vives qui resteront en attente pour recevoir les deux traditionnelles couches d'antifouling juste avant la mise à l'eau (elle approche à grands pas).

 

Peintures de chez International :

  • Minium.
  • Prékote en sous couche.
  • Toplac ivoire pour la finition.

Respect des préconisations du fabricant tant pour la gamme de peinture que pour les délais de recouvrement.

Retouches d'enduit et ponçage entre chaque couche jusqu'à obtention d'une coque qui fera dire, comme pour la baleinière : "Vous l'avez plastifiée ! "

 

Mai 2015

 

Mise en place du minium de protection :

  • Une première couche de minium,
  • Une couche d'enduit,
  • Ponçage,
  • ...
Protection de la coque avec du minium.
Protection de la coque avec du minium.
Protection de la coque avec du minium.
Protection de la coque avec du minium.
Protection de la coque avec du minium.

Protection de la coque avec du minium.

Septembre 2015

Peinture des œuvres mortes.

  • Traçage de la ligne de flottaison,
  • Sous couche,
  • Ponçage,
  • Encore une sous couche,
  • Puis une sous couche mélangée avec de la laque,
  • Et enfin deux couches de laques pour la finition.
Peinture des œuvres mortes.
Peinture des œuvres mortes.
Peinture des œuvres mortes.
Peinture des œuvres mortes.
Peinture des œuvres mortes.
Peinture des œuvres mortes.
Peinture des œuvres mortes.
Peinture des œuvres mortes.

Peinture des œuvres mortes.

Octobre 2015

Préparation des œuvres vives.

  • Reprise des enduits,
  • Ponçage.

L'antifouling viendra bientôt juste avant la mise à l'eau.

Préparation des œuvres vives.
Préparation des œuvres vives.

Préparation des œuvres vives.

La coque est prête on pose les plaques d'immatriculations :

  • Plaques d'inox A4 passivé de 4 mm d'épaisseur,
  • Découpage style pochoir posées sur fond noir.

 

  • Le nom du bateau sur le tableau arrière,
  • Les numéros d'immatriculation sur les côtés.

 

Mise en place des plaques d'immatriculation.
Mise en place des plaques d'immatriculation.

Mise en place des plaques d'immatriculation.

Repost 0

A . S . E . T .

  • : Association pour la Sauvegarde des Embarcations Traditionelles
  • Association pour la Sauvegarde des Embarcations Traditionelles
  • : Ce blog présente les valeurs et les actions menées par L'A.S.E.T. Association Varoise, basée à Six Fours, dont la vocation est : La sauvegarde des embarcations traditionnelles, et le maintien des traditions maritimes.
  • Contact

Recherche